lundi 31 mars 2008

Les labels remis en question ?

A en croire un grand nombre de sites web, blogs ou magazines, les labels cosmétiques (Cosmébio, Ecocert, BDIH, etc.) semblent faire l'unanimité et être devenu une nécessité pour qu'un produit cosmétique soit considéré comme réellement naturel et de qualité. Cependant, certaines voix alternatives commencent à se faire entendre.

Ainsi, la plateforme Minga, Nature et Progrès et 6 autres associations ont diffusé il y a quelques semaines un communiqué de presse dénonçant une dérive des labels dans les domaines du bio, du commerce équitable et du développement durable intitulé "Contre la consommation dirigée, Pour une démarche citoyenne".

Les signataires regrettent en particulier que "... les termes d’agriculture biologique, de commerce équitable, de textile écologique et d’écoconstruction sont tous récupérés et détournés de leurs buts à des fins mercantiles.
L’attribution des logos qui leur correspondent dépend d’une expertise spécialisée nommée certification. Cette expertise ouvrant l’accès aux marchés est devenue un enjeu de première importance bien qu’elle n’incite pas à l’amélioration des pratiques, au contraire : elle ne vise qu’à concentrer et sécuriser les approvisionnements des grosses firmes. Elle est en effet le dernier moyen inventé pour éliminer les petits producteurs qui ne peuvent accéder aux exigences qu’elle impose.... "

Ces 8 organisations souhaitent promouvoir des Systèmes de Garantie Participatif (SGP) visant notamment à améliorer "... la qualité des produits, les cohérences écologiques, sociales et économiques dans le respect de l’homme et de la nature ..."

Cette position alimente nos réflexions actuelles sur la pertinence des labels.

Et vous ? Comment percevez-vous ces labels ? Avez-vous d'autres méthodes pour évaluer l'éthique d'un fabriquant ? Etes-vous bien informés pour consommer ?

2 commentaires:

aluvillejuif a dit…

Je pense que tous les vrais acteurs d'une consomation citoyenne devraient se reveiller pour soutenir cette demarche. Il est temps d'informer et de montrer qu'acheter bio ne suffit pas. Je pense quil y a une coherence à avoir dans notre facon de vivre et de consommer. Etant novice dans toute ce qui est bio, ethique et ecolo; j'apprecie par exemple la demarché des magasins Biocoop qui ne vendent que des produits de saison. Voici un exemple qui montrent que c'est pas seulement manger bio mais quil faut aussi respecter les saisons pour mieux decouvrir d'autres saveurs souvent delaissé pour une alimentation rapide et formaté.
Il y aura bcp de choses à dire mais je soutiens cette démarché

Fred a dit…

Ce qui nous semble intéressant dans cette démarche est effectivement son coté citoyen et le fait que ce soit une approche globale ; Il ne sert à rien pour la planète et donc pour soit d'utiliser des produits bio si ils génèrent un gros volume de déchet d'emballage et si les ingrédients ont fait 4 fois le tour de la planète en avion.