mercredi 28 mai 2008

Rome ne s'est pas construite en un jour

Depuis la création de la boîte, un décalage considérable se creuse entre mon timing perso (mon business plan) et le tempo de la vie de l'entreprise. Pour faire court, les deux ne sont jamais en phase. Sur certains dossiers, la finalisation est beaucoup plus longue que prévue, tandis que sur d'autres le succès est totalement inattendu. C'est très déroutant.

A l'époque où je collectais des données pour évaluer et chiffrer l'activité d'Oanisha, un conseiller en création d'entreprise - sceptique - m'avait fait cette réflexion une peu vexante : "N'importe qui peut aligner n'importe quel chiffre. On peut faire dire n'importe quoi aux chiffres."

Gloups ! Imaginez ma tête !

En deux phrases, ce mec me clouait au tapis dès le premier round. Avec le recul et l'expérience, je dois me rendre à l'évidence : il n'avait pas tord. Nous sommes loin des prévisions escomptées. En fait, Le chemin n'est jamais totalement balisé. Les obstacles imprévus sont plus nombreux et plus complexes que ceux identifiés pendant la formulation du projet.

Les délais étaient-ils raisonnables ? Comment accélérer la cadence ? Faut-il se remettre en question et faire un virage à 180 degrés, s'ajuster à la demande majoritaire (défrisage & co) , ou persévérer dans notre voie originale et patienter ?
Des positions aux conséquences radicalement différentes. Des décisions à prendre la tête froide.
Au collège, ma prof de français me disaient : "La réponse au problème est dans la question ..."
Ah oui ? ... et les vacances, c'est pour quand ?

2 commentaires:

nubiennes a dit…

Dur dur de concilier conviction et chiffre d'affaire .
business humanum est ^v^ .

Tess a dit…

C'est clair !

Mais, comme Gandhi, "Entre l'économie et l'éthique, je ne trace aucune frontière précise, si tant est que je fasse la distinction." Le commerce peut aussi être équitable et bio.
Les exemples de réussites d'entreprises éthiques sont nombreux : Ben & Jerry, Bodyshop, Veja, Ideo... bientôt Oanisha ?